dimanche, février 08, 2009

K.onnecting People

La France est entrain de virer république bananière. Après la nomination de Thierry Saussez, ancien conseiller du grand humaniste ivoirien Henri Konan Bédié au poste de délégué interministériel à la communication, la France découvre que son french doctor, Bernard Kouchner, le chevalier blanc de la diplomatie française avait basculé du côté obscur de la force et touché l’argent des dictateurs de l'Afrique noire. Un mythe qui s’écroule. Pour les connards qui y croyaient surtout. "Le Monde selon K." , Le brulot du journaliste Pierre Péan, accuse le patron de la diplomatie française d’avoir pris des libertés avec ses fonctions de ministre et d’être intervenu auprès du président gabonais, Omar Bongo afin de débloquer le payement d’une facture de 870000€ dus à Imédia, une société pour laquelle BK Consulting, le cabinet du désormais énigmatique Monsieur K avait réalisé un audit sur le système de santé Gabonais. Montant du contrat de K représentait 660000€. Mais bon, c’est connu, les médecins dépassent souvent leurs honoraires. Entre 2002 et 2007, K avait donc fait son beurre de karité en Afrique pour le compte de grandes démocraties qui ne manqueront surement pas de faire fonctionner le service après vente maintenant que K est ministre des affaires étrangères. En même temps qu’il prodiguait ses bons conseils aux présidents congolais et gabonais, K présidait un groupement d’intérêt public qui s’occupait de coopération internationale hospitalière. La moralité et l’intégrité qu'il prônait, K se torche avec. Lui qui avait soigneusement mis en scène son Mogadishow en débarquant en Somalie avec un sac de riz sur les épaules, il repartait d'Afrique avec des sacs de "blé". K dénonce une machination grotesque et nauséabonde basée sur la jalousie et dément tout conflit d’intérêt entre sa position de consultant et de ministre. K avait aussi démenti tout télescopage entre sa fonction et celle de sa femme, Christine Ockrent, qui dirige France Monde, une holding qui regroupe RFI, France24 et TV5, une superstructure voulue par Sarko pour "encadrer" l'audiovisuel extérieur de la France. Apparemment, en Sarkozie, on semble ignorer la signification même du concept de conflit d’intérêt. Ainsi, Nathalie Kosciusko-Morizet, promue Secrétaire d'Etat au développement de l'économie numérique, n’est autre que la frangine de Pierre Kosciusko-Morizet, le PDG de PriceMinister et président de l’Association de l’Economie numérique, le lobby du e-commerce, le même Pierre Kosciusko-Morizet qui à collaboré avec Eric Besson pour la définition des priorités du gouvernement en matière de développement numérique. La nature est très bien faite en Sarkozie. Pendant ce temps, la France apprend que Sarko avait proposé le poste de ministre de la diversité à Lilian Thuram, l’intello du ballon rond, qui à refusé le poste, il se dit en désaccord avec le Sarcoach. Quant à Jean-Luc Delarue qui présentait la cérémonie des Globes de Cristal, il voulait jouer avec les ballons de Yamina Benguigui. "Vous voulez que je vous tienne votre Globe... ou vos globes ?". Very funny Jean-Luc.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire