dimanche, novembre 22, 2009

Parle à ma main

L'Eire de rien, la bande à Domenech s'est qualifiée pour le mondial de 2010 en Afrique du Sud. Une victoire seconde main. Un spectacle affligeant d’une équipe qui aura merdé le boulot jusqu’au bout. Le sort en est jeté par la FIFA et la Fédération Française de Football s’en lave les mains, le match ne sera pas rejoué, même si Thierry Henry, se défaussant sur l’arbitrage, déclarait la main sur le cœur qu’il serait plus juste de rejouer le match. Pratique de faire sa mini opération de communication après que la FIFA ait confirmé que le match ne sera pas rejoué. Il faut dire que la qualification de la France arrange tout le monde, question de gros sous. D’une part, c’est plus "rentable" pour la FIFA d’avoir la France dans le tableau final plutôt que l’Irlande, d’autre part, la Fédération Française décroche le jackpot avec la participation des bleus au mondial, les sponsors et les commissions sur les droits télé. TF1 aussi se frotte les mains, la chaîne du temps de cerveau disponible aurait perdu une recette pub de 120 millions d’euros si les bleus étaient disqualifiés. D’ailleurs Christian Jeanpierre, l’abrutissime commentateur de TF1 s’en foutait en direct et avec hystérie qu’il y ait main, l’essentiel pour lui c’était d’être qualifié, et il en est tout fier. Une attitude de voyou qu’on retrouve au plus haut niveau avec les gangsters de la Fédération, avec Sarko qui botte en touche et Laurent Blanc, ancien champion du monde et entraineur de l’équipe championne de France en titre qui tacle les médias leur disant d’arrêter de jouer les vertueux. Quant à Domenech, qui aurait surement voulu demander la main de Thierry Henry après le match, il s’insurge et refuse que lui et sa bande soient traités de "coupables". Il faut dire qu’il réussit un joli hold-up en empochant une prime de qualification de 862 000 euros honnêtement gagnés qui s’additionnent à ses 50 000 euros mensuels d’argent facile. Les Domenech’s Eleven aussi font sauter le casino puisque chaque joueur se met dans les 400 000 euros en moyenne dans les fouilles. Le calcul est simple, 13000 euros par joueur pour chaque match et la cagnotte compte double en cas de qualification. On comprend mieux pourquoi Thierry Henry s’en branlait de la main gauche du fair play juste après le but. Bel esprit. Le sport perd ses valeurs et devient un jeu à la con où la triche des joueurs est secondée par la vulgarité des positions des officiels. Drôle d’esprit quand on fait la promo du fair play et du respect de l'autre. Drôle d’image dans un pays où ceux qui prétendent lancer le débat sur l’identité nationale et les valeurs fédératrices acceptent la triche en répétant avec un malin plaisir que c’est le jeu. C’est un jeu à la con, et au-delà de la question de rejouer ou pas le match, ce que tout le monde retiendra c’est que les hautes sphères françaises sont devenues un haut lieu de la piperie et de la baraterie. L’identité nationale, c’est aussi sur le terrain qu’elle se joue, et la flibusterie des sportifs et des dirigeants français lui assènent un sacré coup en donnant le mauvais exemple. Et les exemples ne manquent pas en Sarkozie, du soutient affiché de ses politiciens à Polanski jusqu’à l’amitié affichée par l’Elysée à Bongo junior, sans oublier la bienveillance décomplexée d’élus à l’égard de grands démocrates, comme sait le faire Eric Raoult. Ce Sarkozillon se permet même de donner des leçons "républicaines" à Marie NDiaye alors qu’il est lui même une insulte à la république, qu’il est l’admirable illustration de la droite beauf, inculte, mal élevée et mal fringuée. Les exemples ne manquent plus, du casse toi pauv’con à la main de Thierry Henry en passant par le bras d’honneur de Besson, les bordels de F.Mitterrand et le débat sur la fessée lancé par une tête à claque, l’identité nationale française se rapproche de l’obscénité berlusconienne beaucoup plus que des vraies valeurs républicaines. Et pour le Mondial en Afrique du Sud, autant remplacer la Marseillaise de Rouget de Lisle par le Parle à ma main de Yelle. En attendant, il faut sauver l’honneur du coq sportif et charger le soldat Ségolène de présenter des excuses au monde du ballon rond. Plus on est de foot, plus Henry.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire