vendredi, août 31, 2007

Politiquement "Halel"

Alors que ben Laden prend la pose christique et que la vierge se met à la mode de la burqua à l’occasion d’une expo à l’école des beaux-arts de Sydney, Abdullah Gul, un ancien islamiste qui se refait une virginité politique devient le Président Turque et accessoirement l’islamiste (l’ex-islamiste, pardon) le plus sexy d'Europe, plus sexy que sa femme voilée même, qui n’a pas été invitée au défilé de l’armée turque hier pour cause de tenue de camouflage non réglementaire. Je pense que le repentir des barons de drogue ou des mafieux est sincère, mais pas celui des islamistes. Les idées ne deviennent pas "sexy" du jour au lendemain, si ce n’est pour trouver des chemins moins directs pour les objectifs initiaux, à savoir une islamisation de la société. Paradoxalement, c’est en Turquie, pays qui se fait le plus valoir par sa laïcité que les partis islamiques et les islamistes ont réussis à se rendre fréquentables, et donc plus dangereux à moyen et long terme. Et c’est dans ce contexte que Nicolas Sarkozy choisit de faire un geste de bonne volonté concernant sa position sur les négociations en vue de l’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne. Il commence ainsi à entretenir le flou sur l’une de ses rares prises de position où il avait fait preuve de bon sens. Sarkozy découvre ainsi le jeu des concessions dans l’arène européenne, d’autant plus qu’il y a toujours la pilule libyenne à faire passer.
Plus compliqué que la Turquie, le Liban, où hier, Human Rights Watch s’est résignée à ne pas présenter son rapport concernant les attaques du Hezbollah sur Israël en Juillet 2006. Aux violentes critiques du divin parti, qui trouve que le rapport de HRW n’est autre qu’ une "incitation contre les droits de la résistance", se sont bizarrement rajoutées les pressions et les critiques du gouvernement libanais, siniora trouvant même "qu'il est inadmissible de mettre les meurtriers et les victimes sur le même niveau", que "C'est inacceptable car cela n'a pas de base légale et cette organisation (HRW) ne devrait pas adopter une telle position" et que HRW "aurait dû commencer par Israël afin de mettre en contexte l’immensité des crimes commis contre les civils". le gouvernement Siniora ayant même manifesté son rejet des recommandations du rapport de HRW stipulant que les membres du Hezbollah devraient être jugés pour crimes de guerre. Siniora dans toute sa splendeur, une ambiance de fraternité libanaise qui a poussé HWR à annuler sa présentation du rapport surtout sous la menace du Hezb de l’empêcher par des manifestations. Siniora paraît encore plus faible que jamais face au Hezb. Pire, il se donne lui-même les moyens de sa propre faiblesse et plonge son pays et la communauté internationale dans le doute. Un doute largement exploité par "l’opposition" puisque Lahoud annonce qu’au terme de son mandat, si aucun accord n’est trouvé pour un gouvernement d’union nationale avec des terroristes, il nommera un gouvernement de transition. Le Liban se retrouvera ainsi avec un gouvernement dans chaque coin de rue. Et si les parties en opposition au Liban s’affrontaient dans un Upwork, un big concours de Break-Dance? et que le meilleur gagne! Je vois déjà le terrible moon walk de Siniora, le Waving du général Aoun et le Basic Freeze d'un Nasrallah en Djellaba. Ce n’est pas politiquement correct, mais c'est une solution.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire