dimanche, mars 23, 2008

Pékin Express

Les JO de Pékin ne sont que dans 5 mois et les dirigeants Chinois amusent déjà la galerie. La Chine remporte déjà l’envers de la médaille sous les applaudissements du CIO et des chancelleries occidentales. Le monde libre et la démocratie se donnent en spectacle avant même la cérémonie d’ouverture. Le ridicule ne tue pas plus qu’une balle dans la nuque. La liberté ne vaut pas plus que l'heure de travail d’un enfant Chinois. L’administration américaine et les chancelleries européennes ne semblent plus emmerdées par la nature du régime chinois et de ses pratiques. La chine à même été récompensée, elle ne figure plus sur la liste du département d’Etat Américain des plus grands humanistes de la planète. Le business avant tout. Bernard Kouchner affirme que l’idée du boycott des JO de Pékin "ne rencontre pas le soutien du gouvernement français". Et le Pékin Express ne s’arrête pas en si bon chemin. Ainsi, Robert Badinter, qui à toujours milité contre la peine de mort et en faveur du Tibet trouve aujourd’hui que "Arrêter les Jeux olympiques, c'est interdire à des athlètes de participer aux JO, c'est priver l'ensemble du monde du spectacle qui rallie la plus grande audience mondiale", et qu’il faut profiter des JO comme d’une "caisse de résonance". Un peu comme lors de la coupe du monde de football 1978 en Argentine Monsieur Badinter? Où tout le monde était contre le boycott? Où tout le monde est allé en Argentine chargé d’émotion et de bonnes intentions pour faire revenir la dictature du Général Videla à de meilleurs sentiments? Bonne idée. Vraiment. 30 ans après, Jacques Rogge, pense, la main sur le cœur, la larme à l’œil, que le CIO peut réussir là où la FIFA à merdé, puisque selon lui, "Les jeux Olympiques sont une force au service du bien". Comme à Berlin en 1936 Monsieur Rogge? Bonne idée. Vraiment. En clair, on va y aller et on vous emmerde. Vous et vos principes à la con. Et Kouchner d’assommer son monde avec un "On ne peut pas être plus tibétain que le dalaï-lama, il est absolument contre le boycott des Jeux olympiques". Bon, là Kouchner marque un point, le dalaï-lama devra se mettre vite fait au shaolin soccer. Il est clair que les dirigeants du monde ne boycotteront pas les JO de Pékin, en espérant que la Chine arrivera à casser la gueule aux tibétains et aux opposants pendant les 5 prochains mois pour que la fête soit totale. Il est aussi clair que sportifs et fédérations ne voudront jamais rater le rendez-vous du baisodrome olympique et que c’est plus commode de dire qu’ils sont pieds et mains liés. Un peu comme le peuple Chinois. Il reste un espoir, celui de voir le citoyen du monde agir, de voir le citoyen du monde tourner le dos aux JO de Pékin. Un boycott citoyen de l’événement. Imaginez un seul instant qu’aucun touriste ne se déplace en Chine pendant les JO, qu’aucun spectateur ne rentre dans les stades. Imaginez des centaines de millions de téléspectateurs boycotter les médias qui couvrent les JO faisant tomber la lourde sanction de la médiamétrie et de la diffusion. Faire trembler les annonceurs. Couler les campagnes publicitaires. Boycotter les produits des sponsors des JO de Pékin. Le citoyen du monde devra tourner le dos aux JO de Pékin et en faire un non-événement. Le faire passer sous silence. Ce silence sera plus assourdissant que quelques voix de liberté sur place. Demain, à Olympie, la flamme Olympique sera allumée. Une flamme que pour la première fois, je voudrais voir s’éteindre tellement elle est indigne de porter l’esprit des JO jusqu’à Pékin. A vos extincteurs. Honte aux athlètes qui vont porter la flamme. Et que chaque citoyen du monde qui croisera la route de la flamme, lui tourne le dos.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire