mardi, mars 24, 2009

Spring Break

Deux semaines après son voyage officiel au Mexique, la polémique sur la petite escapade privée de Sarko et Carla continue d’enfler. Mais c’est maintenant une tradition, les vacances ou les petites virées lors des visites officielles "exotiques" du couple présidentiel sont devenues des rendez-vous incontournables du bling-bling. Au Mexique, Sarko et Carla se sont accordés un séjour privé de deux jours au Tamarindo Beach and Golf Resort, un petit coin de rêve sur le pacifique. Au menu plage privée et villa de grand luxe dans un complexe propriété d'un milliardaire mexicain, Roberto Hernandez Ramirez, PDG de la banque Banamex et membre du Conseil d'administration de Citigroup, un minimum pour faire partie du club des amis de Sarko. Mais le plus intéressant dans tout ça c’est que Roberto Hernandez Ramirez est soupçonné de narco-trafic et de blanchiment d’argent. Narco invite Sarko. On ne sait pas si Sarko et Carla ont eu droit à une soirée "blanche" mais la république est en plein Miami Vice. L’Elysée avait au début déclaré que le couple présidentiel avait effectué son séjour privé à l'invitation du président Felipe Calderon (suivez mon regard contribuables mes amours : cette escapade ne vous a pas coûté une thune), Mais la version de l’Elysée n’a pas tenu debout une seule seconde puisqu’immédiatement démentie par la présidence mexicaine qui affirmait que les Sarkozy avaient été les invités de "chefs d’entreprises". Il est incroyable ce Sarko, il a des amis milliardaires chefs d’entreprises dans les quatre coins du monde. Mais Sarko en a marre qu’on le fasse chier avec ça, c’est ce qu’il avait confié en petit comité sur le chemin du retour : "J'en ai marre qu'on m'emmerde avec ça … Mais de toute façon, chaque fois que je me déplace, il y a une polémique. Quand une vedette du show-biz ou un joueur de foot descend dans un palace, on ne fait pas autant d'histoires. Peut-être que si je descendais dans un Ibis, tout le monde serait content?". Pas con, dans un Ibis il pourra avoir le séjour de Carla à moitié prix. Sarko n’est peut-être pas une star du show-biz mais il assure le spectacle à chaque voyage, et on le voit mal opter pour un forfait week-end à moins de 50000€. Cette escapade n’a pas manqué de pousser Fillon à la déconne puisqu’il avait déclaré que "Si à 50 ans, on ne séjourne pas dans des résidences de luxe, c'est qu'on a raté sa vie." Courage Sarko, c’est bientôt les vacances d’été. Il ira probablement à Madagascar où Andry Rajoelina, le nouveau président Dj aura surement le plaisir de mixer du Carla et de faire découvrir à Sarko le nightclub d’où est parti son mouvement de grands penseurs. En même temps ce type, il faudra pas lui demander d’avoir des idées non plus, son vrai boulot c'est Dj, un milieu où on ne fait pas forcement des études poussés et où on lit rarement autre chose que des pochettes d’albums. Sarko pourra lui faire plaisir et nommer David Guetta au poste d’ambassadeur à Antananarivo. Afrique toujours où le pape partait sévèrement en couilles lors de son spring break sur le continent noir. Et autant vous dire qu’il n’avait pas prévu de stock de Durex dans ses bagages. Pendant ce temps là, Ingrid Betancourt, la sainte-patronne des otages demandait le divorce. Amer, son futur ex-mari, Juan Carlos Lecompte, veut utiliser les révélations des trois américains qui étaient détenus avec Ingrid pour lui pourrir la vie, d’autant plus que ces derniers affirment que l’amante religieuse couchait avec Luis Eladio Perez, ex-sénateur colombien libéré quelques mois avant Ingrid. Une version depuis confirmée par la femme du sénateur. Courage Lecompte, tu n’es plus bon mais tu devrais méditer les paroles de Noël Saez, ancien Consul de France à Bogota qui confiait qu’Ingrid n’est qu’une "ingrate et une snob qui se sert des gens et les jette à la poubelle après les avoir utilisés". L’histoire retiendra qu’Ingrid est une garce, mais sois cool avec elle avec Juan Carlos, c’est une femme libérée, tu sais c’est pas si facile.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire